Trail des Mingeux de Maguettes-Givenchy en Gohelle

La lettre d’Emma reçue ce lundi 5 Novembre.

« Mes potes en jaune m’ont emmené ce dimanche « tout in haut de ch’terril » !

Ma maman m’avait dit que mes potes en jaune de la Ch’ti Team pouvaient m’emmener tout en haut de ce fameux terril de Pichonvalles au cœur du bassin minier de l’Artois.
Jusqu’à ce jour, vous pensez bien que jamais je n’avais imaginé pouvoir y accéder (le deuxième terril le plus grand d’Europe).

Comme le chantait Pierre BACHELET, « J’avais des terrils à défaut de montagnes et d’en haut je voyais la campagne » et c’est tout naturellement que mes 12 potes des Dunes m’ont installé sur leur joëlette ce dimanche pour participer
au « Trail des Mingeux de Maguettes » au cœur du village de GIVENCHY en GOHELLE.
Maman m’a bien entendu expliqué que les maguettes étaient le surnom donné aux chèvres avant la guerre et qu’il n’y aurait pas de chèvre à « minger » aux ravitaillements ! (Beurhk !)
Elle m’a bien expliqué aussi que nous allions courir sur une terre ravagée par les combats de la guerre 14/18 et au pied du Mémorial de VIMY élevé à la mémoire des soldats canadiens tués au combat.

C’est avec un doux sourire et les yeux humides (le froid certainement) que ma maman apprécia le défilé des mes potes venus pour me claquer la bise (pas rasés les mecs j’ai pensé, même un dimanche !).
Puis subitement, au terme d’un épaulé-jeté musclé, ils m’ont fait surfer au dessus de la tête des 1.000 coureurs qui attendaient le départ de la course.
Sous les applaudissements, j’ai ressenti beaucoup d’émotion autour de moi et j’ai pensé ,comme maman qui me regardait, que ces 24 bras jaunes tendus vers le ciel étaient autant d’incantations d’espoir
pour nous les enfants qui sommes confrontés à un quotidien plus difficile que les autres …

C’est donc sous la clameur populaire et les cris furieux (ils sont fous !) de mes potes que nous nous sommes engagés pour parcourir ces 18,5 kms de bonheur.

Nous foulons une terre qui a été chahutée par la Grande Guerre, notre jöelette se faufilant entre des arbres jadis déchiquetés par la mitraille mais qui heureusement ont repris possession de leur terrain.
Sous-bois, sentes pierreuses, plaine verdoyante se succèdent avant l’ascension du Seigneur de Pichonvalles tout de noir vêtu entre schiste et résidus de charbon.
Costauds mes potes dans la montée !.....Du reste, ils sont bien encouragés par les trailers qui nous doublent et qui désormais doivent connaître mon prénom !!!

Peut être fredonnaient t-ils la chanson patoisante d’Edmond TANIERE attaché au pays minier :
« Ej siffle, j’ris, j’cante. J’me cros à CHAMBERY.
Mais je n’sus qu’au faîte, tout in haut de ch’terril
Comme pont de vue faut vir ch’que j’dégotte :
Ché bos, les prairies des environs
Ché villages, ché villes, nou corons… »

J’ai pas tout compris mais c’est tout à fait ça !

Car s’il se mérite ce grand terril, il nous offre alors au sommet une vue exceptionnelle sur la plaine de l’Artois et ses collines du haut de ses …119 mètres quand même (mais aussi ses 37 millions de m3 de résidus miniers!)
Regardez les photos de Laurent, je suis magnifique entouré par tout ce jaune sous ce beau soleil hivernal !

Alors que l’église du village se profile à l’issue de la descente vertigineuse d’un long escalier en rondins de bois (même pas peur entre les bras puissants de mes potes !)
nous entamons une nouvelle ascension bien raide où les sangles doivent être sorties pour soulager les porteurs.

Nous atteignons le pied du Mémorial de VIMY élevé à la mémoire des 66.000 jeunes soldats canadiens tombés pendant la Grande Guerre .
La centaine d’hectares de bois qui l’entourent est d’ailleurs constituée d’érables ou d’autres arbustes du Canada pour rappeler ces funestes combats.

Emma, Emma, Emma !! Jamais je n’avais entendu clamer mon prénom aussi fort et peut être jamais eu autant de bises en aussi peu de temps.

A l’arrivée, le sourire de ma maman qui souligne ses yeux embués (toujours le froid je crois !) me conforte dans l’idée que j’ai vachement bien couru avec mes potes qui eux, se claquent aussi de grosses bises de bonheur
mais … je ne savais pas que de la sueur pouvait aussi couler de leurs yeux ….

Merci à tous pour votre gros cœur et je souhaiterais vous remercier chacun personnellement :
Isa (ma 2éme maman sur la course), Laurent L., Laurent F, Christophe, Théo, René, Loïc, Henry, Olivier, Pascal, Philippe D. et Philippe L.

Je vous embrasse tous.

Votre pote Emma.

Voir l'album photos.

Rejoindre les Dunes...

Rejoindre les Dunes d'espoir

Envie de nous rejoindre dans l'aventure ?? Vous pouvez nous contacter pour courir ou être sur la joëlette

Commenter !

Que vous soyez Pilotes, Cylindres...N'hésitez pas à témoigner, commenter !

  • Vous pouvez commenter en vous identifiant,
  • Vous pouvez commenter en tant qu'invité, cliquer sur l'image pour plus d'info.

Et nos partenaires

Société Groupe PSA  En savoir +
Société Stago  En savoir +
Mairie de Vaucresson  En savoir +
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5