trail-du-josas-2019

Léa et Mathilde savourent le Trail du Josas.

Le trail du Josas, on adore y aller pour son parcours mais aussi pour sa paella d’après course et sa bière locale… Il y a toujours une superbe ambiance et on y retrouve plein de potes. C’est ce qui me fait y retourner depuis maintenant 5 ou 6 éditions. Mais cette année, c’est encore mieux car je m’engage sur une des épreuves avec les Dunes d’espoir.

Deux joëlettes présentes ce jour : une sur le parcours de 26 km pilotée par la belle Léa et une sur le parcours de 16 km pilotée par la ravissante Mathilde. Je rejoindrai ce jour l’équipe de Mathilde pour un petit 16 km bien dénivelé.

La joëlette de Léa est la première à s’élancer. On se place sur le côté pour les encourager comme il se doit et on fait connaissance avec la petite Mathilde. Une petite puce qui ne parle pas mais qui a un sourire jusqu’aux oreilles et des yeux qui pétillent. Y’a pas à dire : son regard en dit long sur sa joie d’être parmi nous aujourd’hui et ça fait chaud au cœur. Pascal nous explique que c’est sa deuxième course avec les Dunes d’espoir. Une petite nouvelle ! On va bien la chouchouter pendant toute la course. La joëlette du 26 km part enfin sous les encouragements de tout le public. L’adrénaline monte. Vivement notre départ !

Ça y est, il est 10h10 et c’est à nous de nous envoler dans les rues de la ville de Jouy-en-Josas. Le bitume fait vite place aux chemins et au dénivelé. Nous arrivons très vite sur des escaliers assez longs. Pas facile avec la joëlette mais les gars de l’équipe (et Sabah) sont rodés à cet exercice. Première difficulté passée sans encombre en chantant.
Sabah est aux commandes à l’avant de la joëlette depuis un bout de temps et assure grave. Elle est tellement enthousiaste qu’elle avance telle une fusée… « Sab, ralentit s’il-te-plait ! Le reste de l’équipe ne suit pas ».  Sab, c’est un p’tit bout de femme qui déborde d’énergie et met une superbe ambiance à chaque fois. Une « maman » pour toute l’équipe, qui me force à boire car je suis un peu arrivée à la course les mains dans les poches, pour ne pas changer (pas de camelbag) … Le reste de l’équipe nous rejoint vite dès qu’une côte se profile et nous trouvons enfin un rythme qui convient à tous…

Les relais s’enchainent dans la joie et la bonne humeur. Mathilde a toujours un sourire immense sur son visage et ses yeux pétillent toujours autant. Et ça, croyez-moi, ça donne vraiment un sens à sa passion… Les km défilent à vitesse grand V, entre singles, chemins forestiers et un chouilla de route… Le parcours est vraiment sympa… Nous arrivons aux arcades de Buc où une difficulté nous attend. Une descente courte mais hyper raide où la joëlette aurait vite fait de nous emporter dans uen course folle. Mais il nous en faut beaucoup plus pour nous arrêter… On sort les cordes qui pour une fois ne nous servent pas à tirer dans les cotes (oui oui Franck… à l’arrière les cordes sur ce coup). Tout le monde essaye de retenir la joëlette au max. Christine et moi à l’arrière, assises au sol, à tirer au max sur les cordes et se retenir avec nos jambes. Ça descend tout doucement et nous sommes enfin en bas. Tout s’est très bien passé. On tourne la tête sur la droite et on s’aperçoit qu’il y avait un autre chemin, juste à côté… Un chemin beaucoup plus roulant que tous les coureurs ont pris pour nous contourner… Ba mince alors… Si on l’avait vu avant… Pas grave, rien n’arrête la force jaune.

La joëlette poursuit son chemin à bon rythme. Tout se passe à ravir pour Mathilde et les coéquipiers. Petit chemin plat sans difficulté particulière à 4 km de l’arrivée et là : je fais une chute comme rarement j’en ai faite et sans comprendre comment. Paf, mon genou cogne grave. Je me relève. Pas trop de dégât même si je saigne pas mal… Je peux recourir mais je suis un peu sur les freins… Je les laisse partir dans la descente pour les rejoindre sur le plat… Heureusement c’est la fin et nous arrivons en ville. Ça aura mis un peu d’animation sur le parcours. Une descente d’escaliers et nous arrivons dans un parc où nous retrouvons le papa et le petit frère de Mathilde pour une photo commune. Encore un moment très touchant… Voilà, nous arrivons au gymnase après avoir fait un ou deux km en ville. Le public nous applaudit au passage de la ligne d’arrivée.
Comme d’habitude, une impression que l’aventure est passée beaucoup trop vite. On couvre Mathilde de bisous. Elle l’a bien mérité. On acclame à notre tour la joëlette de Léa qui arrive. Puis on se retrouve tous autour d’une table pour manger cette fameuse paella et boire cette bière bien méritée….
Encore une superbe journée de partage avec les Dunes d’espoir !

Grand Merci à Pierre et à toute l"équipe d'organisation de ces superbes courses du Josas !

Magalie

Voir l'album photos.

Rejoindre les Dunes...

Rejoindre les Dunes d'espoir

Envie de nous rejoindre dans l'aventure ?? Vous pouvez nous contacter pour courir ou être sur la joëlette

Commenter !

Que vous soyez Pilotes, Cylindres...N'hésitez pas à témoigner, commenter !

  • Vous pouvez commenter en vous identifiant,
  • Vous pouvez commenter en tant qu'invité, cliquer sur l'image pour plus d'info.

Et nos partenaires

Société EDF Read More
Société Groupe Renault Read More
Social et loisirs Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5